Les frères Lumière

Né en Haute-Saône en 1840, Antoine Lumière était une forte personnalité, un esprit artiste et non-conformiste dont témoignent son attirance pour la peinture et la chanson et surtout la manière qu’il eut de susciter puis de s’occuper dès 1894 de l’invention de ses fils. Marié à 19 ans, Antoine s’établit à Besançon comme peintre, puis comme photographe. C’est dans cette ville que naissent ses deux premiers fils : Auguste, en 1862 et Louis, en 1864. En 1870, la famille Lumière fuit l’Est de la France devant la menace prussienne et arrive à Lyon. Brasseur d’affaires né, Antoine ouvre un studio de photographie dans le centre-ville. Il surveille de près le progrès des inventions dans le domaine des images animées sans manquer de jeter un regard attentif sur la scolarité de ses fils : Louis et Auguste sont élèves à La Martinière, le plus grand lycée technique de Lyon.

Photographie des frères Lumiere

Photographie des frères Lumiere

C’est le cadet, Louis, qui mettra au point une plaque sèche (procédé de photo instantanée) baptisée Etiquette bleue qui assurera renommée et réussite financière à l’entreprise familiale. Pour fabriquer et commercialiser les plaques, Antoine Lumière achète alors un immense terrain à Monplaisir, dans la banlieue de Lyon. Rapidement acquise, la fortune est là. A l’automne 1894, Antoine Lumière s’adresse à ses deux fils Louis et Auguste pour leur demander de s’intéresser à ces images animées sur lesquelles Thomas Edison et quelques autres pionniers magnifiques butaient alors. Cette incitation paternelle est le point de départ de l’aventure qui aboutit à l’invention du “Cinématographe Lumière” dont le monde, la France et Lyon ont célébré le centenaire de la naissance en 1995.

La Sortie des Usines Lumière, Louis Lumière, 1895, nous avons la chance à Lyon, autour de l’Institut Lumière, d’avoir pu en conserver les traces et les preuves. Des traces historiques qui permettent de réaffirmer avec conviction que ce sont bien les Lumière qui ont inventé le Cinématographe, dernier maillon achevé d’une longue chaîne dont Louis Lumière s’est toujours senti redevable. Sans compter leurs autres inventions et recherches dans les domaines de la photographie, du cinéma en relief, de la médecine etc. Des preuves matérielles que sont ces vestiges symboliques : le château Lumière, le Hangar des Usines, la rue du Premier-Film. Des preuves vivantes : les films.

Ces 1425 “vues” Lumière rappellent combien cette œuvre est importante en même temps qu’ignorée. On reste stupéfait devant le potentiel créateur des Lumière et de leurs opérateurs-techniciens qui essaimèrent la planète en quête d’images dès 1896. Et surtout, comment ne pas être saisi d’émerveillement face à La Sortie des Usines Lumière, le premier film du Cinématographe, la première fois où des hommes se sont filmés, nous pourrions dire se sont parlés tant l’invention des images animées s’apparente à l’invention du langage. Ce moment-charnière fondamental s’est déroulé à Lyon, le 19 mars 1895, dans ce qui s’appelle désormais la “rue du Premier-Film”. Les portes se sont ouvertes sur la sortie des Usines Lumière et sur l’histoire du cinéma. Deux hommes, inventifs, curieux et décidés ont parachevé une aventure scientifique et lancé définitivement l’aventure des images animées. Le phénomène – comme son message – fut universel, il court encore aujourd’hui.

À la recherche du mouvement Les frères Lumière ne sont pas seulement des inventeurs et des innovateurs, ainsi que de bons gestionnaires dans le domaine de l’industrie photographique, mais également des pionniers du cinématographe.    Le cinéma apparaît comme le résultat d’une lente évolution des techniques. Dès la lanterne magique, un appareillage du XVIIe siècle, l’image animée fascine; en fait, les images étaient fixes, mais le démonstrateur pouvait par des manipulations habiles donner l’illusion du mouvement. Vers le milieu du XIXe siècle, des appareils plus élaborés permettaient de suggérer l’impression de mouvement en jouant sur la persistance rétinienne des images. Ils étaient conçus sur la base d’une série de dessins, animés d’un mouvement rotatif. Le Praxinoscope de Reynaud, le Phénakistiscope de Plateau et autres Zootropes sont les ancêtres du dessin animé. Parallèlement la photographie se développe, et les émulsions utilisées autorisent des prises de vue de plus en plus rapides.

Lire la suite : Les frêres Lumière.pdf

Les frères Lumière sur Wikipédia