La famille des mécanes

Histoire de la typographie – Les mécanes

En Angleterre au XIXe siècle, le développement de l’imprimerie, de la presse et la réclame suscite la création de nouveaux caractères. Vincent Figgins, un contemporain de Thorne et de Caslon IV, dessine les premiers modèles de capitales dites égyptiennes, dotés de larges empattements rectangulaires et qui se caractérisent par l’absence de pleins et de déliés des lettres traditionnelles. L’Antique, qu’il publie en 1815, ouvre la voie à une nouvelle famille de caractères, que l’on nommera plus tard les mécanes, en raison de leur aspect géométrique qui évoque les machines industrielles de cette époque. Pensez-y c’est l’arrivé sur le marché de la machine à écrire et du télégraphe.

Affiche American Typewriter

Affiche American Typewriter

Se distinguant de l’écriture « à lire », l’écriture devient « à voir ». Le graphisme publicitaire, racoleur et provocateur, cherche à imiter les cris de la rue et les enseignes dont il voudrait prendre la relève. Emblématique de cette évolution, le caractère Clarendon, conçu en 1845 par le typographe Robert Besley, voit le jour à la Fan Street Foundry de Londre. Ce caractère, qui s’inspire à la fois de caractères gras de Thorne et des égyptiennes de Figgins, aura un grand succès aux Etats-Unis. Souvent associé au folklore de la conquête de l’Ouest et des westerns américains, il se prête particulièrement bien aux titrages et aux textes courts comme ceux des affiches ou des pancartes commerciales, ce qui explique en partie son succès.