Le cahier des charges

Le cahier des charges du logo

Vous avez le mandat de créer une identification visuelle (logo) pour une entreprise dont vous ne connaissez pas l’historique, la clientèle, les produits qu’elle commercialise ainsi que son secteur d’activité. Vous savez aussi que les dirigeants sont les mieux placés pour vous en parler. Nous pouvons dire qu’à ce stade, vous ne connaissez presque rien des attentes de votre client. Avant de passer à l’étape de la créativité et pour être en mesure de donner pleine satisfaction au client, il vous faut faire le profil (cahier des charges) de l’entreprise. Par la suite lors de l’étape de création vous pourrez vous référer au cahier des charges pour justifier ou vérifier vos choix.

Le cahier des charges consiste en une série de questions précises posées au client et permettant de connaître les activités, le positionnement, les attentes et aussi les valeurs de l’entreprise afin de pouvoir par la suite développer rapidement des avant-projets dans des directions de travail précise. Il se peut que le type d’entreprise vous amène à poser toutes les questions du cahier des charges ou une partie seulement. Cependant, soyez certains de ne pas oublier les questions essentielles, car une attitude professionnelle justifiera plus tard votre facture. Si le cahier des charges est mal fait, il pourrait en résulter une perte de temps dans l’élaboration des maquettes ainsi qu’un client non satisfait.

Les questions à poser

Qui est le client ? Un petit historique de l’entreprise permet de situer le propos dans le temps et peut vous conduire à des pistes de réflexion et de création, il est également intéressant de comprendre si l’image du passé de l’entreprise doit être ou non une référence pouvant apparaître dans le logo.

Qui sont les clients potentiels de l’entreprise ? Généralement, le client a déjà effectué une étude de marché qui cerne son public cible ; cela peut être une tranche d’âge précise ou une certaine catégorie socioprofessionnelle. Il est évident qu’on ne développe pas le même style de logo pour un souffleur de verre en cristal que pour un club de hockey.

Sur quel marché le client est-il positionné ? Le marché local, régional, national ou international ? Ce choix peut être simplement un apport graphique au sein du logo comme la forme stylisée de la région ou d’une mappemonde, mais peut également être une restriction graphique. Un logo à diffusion internationale a intérêt à rester simple pour éviter toute interprétation graphique spontanée par des sous-traitants ou de mauvaises interprétations dues à des différences culturelles.

Quels sont les produits (les biens ou services) développés par l’entreprise ? Si l’entreprise produit plusieurs biens de consommation, il est évident que le logo peut faire référence à ce produit, mais il devra également pouvoir être imprimé facilement sur l’objet produit et sur l’emballage qui le conditionne tout en restant fidèle au logo original.

Quelles sont les valeurs de l’entreprise ? Le logo doit-il faire passer des valeurs comme : le service de qualité, la rapidité du service (exemple : les sociétés de coursiers), l’épanouissement des travailleurs, l’accueil des clients ?

Quel est le secteur d’activité de l’entreprise ? Le secteur industriel, le secteur des loisirs, le secteur du sport, de la culture, le secteur social, le secteur de l’enseignement, le secteur des biens de consommation, le secteur de la coopération internationale, le secteur scientifique, le secteur politique, le secteur bancaire, le secteur des assurances, le secteur automobile. Suivant le ou les secteurs d’activités définis, le visuel du logo, sa forme, ses couleurs prendront une tournure bien ciblée.

Qui sont les décideurs au sein de l’entreprise en matière de choix de logo proposé ? Cette question étrange permet de définir la pyramide décisionnelle et donc le nombre d’étapes que devra parcourir le projet de logo avant l’acceptation finale. Imaginez qu’au-dessus de la personne qui mène le projet avec vous se trouvent encore deux niveaux de décisions, dont seul le niveau le plus haut a l’autorisation de prendre la décision finale ; vous allez devoir franchir ces différents niveaux en vous présentant à de nouvelles réunions où chaque partie ira de sa petite modification afin de laisser une trace dans le logo. Les petites modifications vont se multiplier, les heures de réunions également, les sorties couleurs, haute définition de présentation des projets aussi, ainsi que vos déplacements. Votre offre de prix doit tenir compte de ce cheminement.

Quelle image de l’entreprise le logo doit-il transmettre ? Image d’une référence à l’artisanat, l’artistique, la technique, l’écologie, le temps jadis, l’humanisme, la force, le dynamisme, la longévité, la sérénité, la pérennité, la jeunesse. Quelle image l’entreprise désire-t-elle donner en priorité ?

Faut-il créer un nouveau nom ? La recherche d’un nouveau nom pour une entreprise n’est pas chose aisée, il faut pouvoir jongler avec la langue et étudier très précisément la sémantique de chaque mot qui se réfère à l’activité de l’entreprise. C’est un métier à part, à vous de juger si vous avez les compétences pour proposer un tel service. Il est vivement conseillé de se documenter sur la signification d’un nouveau mot dans différentes langues. Un mot positif dans une langue peut avoir une interprétation négative dans une autre.

Y a-t-il un élément graphique obligatoire à intégrer au logo ? Certaines professions ont des sigles ou des armoiries très spécifiques qu’il faut intégrer au logo. Exemple : les experts-comptables ont un sigle spécifique à leur profession que seuls les experts agréés peuvent arborer sur leur papier à lettres et carte de visite. C’est une reconnaissance professionnelle. Certaines normes de sécurité peuvent également forcer à tenir compte d’éléments spécifiques obligatoires. Il faut en tenir compte et l’intégrer graphiquement au logo.

Y a-t-il un élément graphique à éviter ? Visuels proches de ceux de la concurrence, certains thèmes déjà trop utilisés dans le secteur, certains thèmes un peu dépassés ou totalement négatifs pour l’image de l’entreprise sont à éviter.

Y a-t-il des couleurs spécifiques à respecter pour la représentation du logo ?

  • Soit votre client a déjà une idée précise des couleurs qu’il veut voir appliquer pour son logo ; auquel cas vous pouvez toujours le conseiller sur l’assortiment correct et sensible des couleurs choisies.
  • Soit, pour des motifs extérieurs à l’entreprise, vous êtes amené à devoir travailler avec des couleurs bien précises définies par des normes nationales ou internationales (comme la sécurité par exemple).
  • Soit vous proposez des nouvelles couleurs à votre client en vous appuyant sur les questions posées ci-dessus.

Cette question est très intéressante à plusieurs titres

  • Premièrement, l’image visuelle globale demande l’application du logo sur différents types de supports, qui peuvent s’étendre de la carte de visite, au drapeau flottant à l’entrée de l’enceinte de l’entreprise. Le logo doit résister aux différentes techniques de production spécifique à chaque support. Une finesse d’impression sur papier ne peut pas être égalée sur tissus, il faut donc tenir compte, dès le départ, des différentes finalités du logo.
  • Deuxièmement, le logo développé peut être produit par différents fournisseurs déjà désignés par le client dans le cadre du projet. Vous devez alors organiser le travail et mettre votre logo à la disposition de ces différents fournisseurs. Cela demande du temps et des connaissances techniques et peut occasionner des déplacements chez les différents fournisseurs concernés pour faire respecter vos directives.
  • Troisièmement, si d’aventure c’est vous qui devez développer le visuel et suivre l’exécution de son application, il vous faut les précisions techniques pour chaque application, car votre offre devra décrire chaque procédure de travail pour chaque support.

Y a-t-il des emplacements géographiques particuliers pour l’installation du logo ? Le long des autoroutes (ce qui entraîne un choix de typographie particulier), en haut des grues de chantier, sur des véhicules en mouvement ?

Quel budget est-il prévu pour soutenir la diffusion du logo ? Comme détaillé dans le chapitre La grande famille des logos, il est important de connaître l’aptitude financière à soutenir une image visuelle de l’entreprise. La communication va-t-elle se faire uniquement via le support papier, via Internet, via la radio ou la TV ? Le développement d’un symbole ou d’un logo de combinaison demandera un soutien financier différent suivant la promotion de l’image à effectuer.

Quels sont les supports matériels d’impression du logo ? Un choix de support matériel d’application du logo sous-entend un choix de technique de production. Le logo doit résister aux différentes techniques de production qui seront utilisées. Une bonne connaissance de ces différentes techniques vous permet d’anticiper les « pièges » techniques (et il y en a !) au moment même de la création. Voir : Types d’impression en imprimerie.

Voici les supports matériels susceptibles de recevoir l’impression de votre logo. Ils sont classés suivant les techniques de production :

  • Secteur de l’imprimerie papier : En-tête de lettre – enveloppes – cartes de visite – carte avec nos compliments – chemises de documents – plaquette de présentation de l’entreprise – rapport annuel – papier à lettres – papier fax – factures – bon de commande – dessous de mains – calendrier publicitaire – affiches – encarts publicitaires dans les journaux – emballage des produits de l’entreprise – présentoirs en carton – badges.
  • Secteur imprimerie par screenage : Impression de T-shirts et sweat-shirts – impression sur cadeaux publicitaires en matière plastique – impression sur le produit de l’entreprise – présentoirs en matière plastique – autocollants – panneaux de signalisation interne et externe – enseignes lumineuses – drapeaux – banderoles – mobilier.
  • Secteur de la découpe par ordinateur : Découpe de vinyle pour le charroi – découpe de vinyle pour les enseignes.
  • Secteur électronique : Internet – présentation de diaporama – documents de traitement de texte (documents électroniques, circulation en réseau interne).
  • Secteur de la broderie sur tissus : Cadeaux d’entreprise sur support tissus : cravates, écharpes, mouchoirs. Broderie sur les tenues du personnel.

Quelle est votre mission exacte (mission du graphiste) ? La création du logo ?

  • Une proposition colorimétrique ?
  • Le développement de l’image visuelle globale ?
  • La mise en page du logo sur différents supports matériels ?
  • La recherche de différents fournisseurs en vue de la production ?
  • Le suivi de l’exécution des différents fournisseurs ?

Quels sont les délais pour réaliser la mission ?

  • Soit votre client a des impératifs de date précis, à vous d’estimer si votre travail est réalisable dans les délais proposés.
  • Soit le client attend votre avis et votre expérience pour convenir des dates d’exécution de la mission. En général, les délais sont tendus. Prévoyez une marge de manoeuvre, vous n’êtes pas à l’abri d’un manque d’imagination, d’un problème technique chez vous ou chez un de vos fournisseurs.

Place maintenant à la recherche et la création.

Sources : Paternotte, J. (2003). Le cahier des charges. In, Création de logo et de charte graphiques, Méthode de travail et de création. Édition OEM, Collection L’Atelier ( (p. 30-39)